Toutes les news
12.06.2015

Journée contre le travail des enfants

Aujourd’hui encore, des enfants des pays pauvres doivent travailler pour soutenir leur famille. Nous nous engageons pour la disparition du travail des enfants au moyen de codes de conduite commerciaux reconnus partout dans le monde.

Les enfants n’ont pas à travailler

En 2002, l’Organisation Internationale du Travail (OIT) a créé la Journée mondiale contre le travail des enfants. Depuis lors, elle se déroule chaque année le 12 juin. Et elle est encore nécessaire aujourd’hui, malheureusement. En effet, à l’échelle mondiale, quelque 190 millions d’enfants âgés de 5 à 14 ans doivent travailler selon l’UNICEF. La pauvreté des parents en est la raison principale.

Nous nous engageons afin que le travail des enfants disparaisse totalement un jour et le plus tôt sera le mieux. Pour ce faire, nous exigeons de nos fournisseurs et de nos producteurs qu’ils respectent les minima sociaux – en s’appuyant sur la Business Social Compliance Initiative (BSCI) par exemple. Nous adhérons à cette initiative depuis 2005 et avons adopté son code de conduite. Ce dernier comprend la sensibilisation, l’organisation de tables rondes avec les autorités et les syndicats ainsi que des contrôles indépendants réguliers par les organes accrédités correspondants.

Un code de conduite de plus en plus appliqué

L’engagement pour des conditions de travail équitables a déjà porté ses fruits. Dans de nombreux pays, les entreprises d’exportation ne pratiquent plus le travail des enfants. La Chine a adapté sa loi sur le travail de manière à ce qu’elle corresponde aux standards occidentaux. En Thaïlande, le temps de travail a été réduit et les salaires augmentés. De plus, la part de fournisseurs directs en produits non alimentaires provenant de pays à risque et qui suivent le processus BSCI s’élève à 90% (en termes de chiffre d’affaires).