Toutes les news
29.09.2017

Equitable et aromatique, le café Max Havelaar a 25 ans

La culture du café est essentiellement pratiquée dans la zone tropicale qui s'étend de part et d'autre de l'équateur, dans de petites exploitations familiales pour la plupart. Fairtrade Max Havelaar offre à ces dernières une amélioration durable de leurs conditions de vie et les aide à affronter les défis qui se posent à l'échelle mondiale.

Le voyage d'un grain de café

Environ 80% du café produit dans le monde est cultivé sur des surfaces de moins de dix hectares par des petits producteurs, dont la plupart, avec tout juste 2 $ par jour, vivent à la limite du seuil de pauvreté. Avec le label Fairtrade a été créé un concept qui vise à aider ces familles à s'en sortir par leurs propres moyens – un objectif que poursuit aussi la fondation Max Havelaar. Le café a été le premier produit à obtenir le label Max Havelaar: il l'arbore depuis le début du partenariat entre Coop et Max Havelaar, il y a 25 ans.

Mais d'où vient ce café équitable que nous aimons boire bien chaud chaque matin? Nous avons retracé pour vous les différentes étapes de sa transformation depuis le champ jusqu'à la tasse, en prenant l'exemple de la coopérative Kaderes, située dans le Nord-ouest de la Tanzanie

La récolte

Lorsque le fruit du caféier change de couleur, passant du vert au rouge, il est temps de le cueillir. On compte environ 11 mois entre la floraison et la récolte. C'est de juillet à septembre que la cueillette «à la grappe» des cerises de café arrivées à maturité bat son plein.

Le séchage et le décorticage

Quelques heures après leur récolte, les cerises de café sont mises à sécher au soleil. Elles doivent être retournées régulièrement pour que le séchage soit uniforme. Cette étape, qui dure entre trois et cinq semaines, permet de réduire l'amertume du café en lui donnant du corps et de la douceur. La pulpe séchée est ensuite séparée des grains par une machine appelée dépulpeuse, avant que la parche, c'est-à-dire la coque qui entoure les grains, soit retirée à l'aide d'une décortiqueuse mécanique.

Le tri

Vient ensuite le moment du tri, une étape effectuée manuellement qui consiste à enlever les grains de mauvaise qualité et les corps étrangers (brindilles, cailloux) qui pourraient nuire au goût du café. Les grains sont triés en fonction de leur taille pour assurer plus tard une torréfaction uniforme du café.

 

Le transport

Le café brut est ensuite mis dans des sacs en jute, puis acheminé par camion jusqu'au port le plus proche, d'où il est expédié vers l'Europe. Là, sa transformation se poursuit dans une usine de torréfaction.

La torréfaction

La torréfaction du café est un véritable art, qui consiste à trouver le juste équilibre entre trois paramètres : le dosage des variétés utilisées, la température et la durée de cuisson. Il s'agit d'une étape cruciale dont dépend la qualité du café, car c'est elle qui permet de libérer ses arômes. Le café torréfié est soumis à un contrôle de qualité ou «cupping» avant d'être conditionné.

La dégustation

Au terme de ce long processus, le café arrive enfin dans les rayons des magasins Coop, pour le plus grand plaisir des amateurs!

Le commerce équitable chez Coop

En matière de produits équitables, nous sommes le plus grand distributeur de Suisse et l'un des plus importants à l'échelle mondiale. Près de 1,6 million de petits agriculteurs et d'ouvriers profitent de la vente des produits labellisés Fairtrade.

En savoir plus sur Fairtrade Max Havelaar

Plus d’actes relatifs à ce thème

Découvrir tous les actes