Le poisson sauvage MSC

Le MSC (Marine Stewardship Council), fondé par le WWF et par une grande entreprise de pêche, promeut depuis 1997 une pêche responsable, respectueuse des ressources marines. Seules les pêcheries suivant ces règles simples mais efficaces reçoivent ce label.

    • Les quantités pêchées ne peuvent excéder le taux de renouvellement de la population. Des périodes de repos biologique doivent être respectées.
    • Si une espèce est surexploitée ou en passe de l’être, il faut lui laisser le temps de se renouveler en baissant les quotas de pêche.
    • La pêche ne peut pas non plus nuire à la structure, à la diversité et à la productivité de l’écosystème et de ses espèces.

Partenariat étroit avec le MSC

Nous soutenons l’organisation MSC depuis 2000 et sommes le premier distributeur suisse à avoir vendu du poisson certifié MSC, par exemple du thon blanc (en boîte), des filets de maquereau (depuis 2008) et du carrelet (depuis 2009), l’un des principaux poissons comestibles. Nous proposons également du sandre MSC suédois.

Pêcherie de carrelet au milieu de la mer du Nord

Pêcherie de sandre en Suède

Thon issu d’un projet soutenu par le WWF

De nombreuses populations de thon sont aujourd’hui victimes de la surpêche ou même menacées de disparition. C’est la raison pour laquelle nous avons retiré de notre assortiment le thon rouge en 2007 et le thon obèse en 2008. À la place, nous proposons du thon frais issu de populations contrôlées dans le cadre d’un projet soutenu par le WWF.
La surpêche n’est pas le seul danger qui guette les poissons: les méthodes de pêche elles-mêmes causent de graves dommages à l’environnement en abîmant les fonds marins ou en occasionnant des prises accessoires.
La méthode des lignes manuelles préserve quant à elle les ressources marines: on jette une ligne munie d’un hameçon et d’un appât d’un bateau à l’ancre ou naviguant à petite vitesse. Cette méthode permet de capturer un seul poisson à la fois.
Des pêcheurs philippins ont lancé avec nous, le WWF et la DEG (Société allemande d’investissement et de développement) un projet de pêche de thon albacore. Plusieurs communes locales se sont associées à ce projet mobilisant une flotte de près de 2’200 bateaux en bois. La création d’un débouché durable, la traçabilité du projet et sa structure partenariale renforcent la position des pêcheurs et permettent de garantir leurs moyens de subsistance.

Thon surpêché: le roi de l'océan

Partenaires de projet

WWF

DEG