Les Suisses aiment cuisiner

Les résultats du quatrième sondage Coop "Les tendances alimentaires sous la loupe" viennent d'être publiés

Plus de la moitié des Suisses cuisinent un repas chaud au moins une fois par jour. C'est ce qui ressort de la 4e étude de Coop "Les tendances alimentaires sous la loupe", consacrée cette fois au rapport de nos concitoyens à la cuisine. La plupart d'entre eux méritent le titre de "cuistot amateur". En effet, ils ne sont que 11 % à considérer la préparation des repas comme une corvée. Les autres y consacrent en moyenne près d'une heure par jour.


La série d'études "Les tendances alimentaires sous la loupe" de Coop a pour objectif d'analyser les comportements alimentaires des Suisses. Alors que les premières éditions avaient pour thème l'alimentation saine et rapide ou encore les relations entre alimentation et santé, la quatrième était intitulée "Les Suisses et la cuisine". But du jeu: découvrir si les Suisses cuisinent et comment, avec quels ingrédients, et qui le leur a enseigné.

Les Suisses et la cuisine
Les Suisses cuisinent souvent, et plutôt bien du point de vue des personnes interrogées.
85 % d'entre elles cuisinent un plat chaud plusieurs fois par semaine, 64 % tous les jours. Elles y consacrent un temps considérable: près d'une heure par jour en semaine, et même une heure et demie le week-end. Seuls 4 % des sondés, dont une majorité d'hommes, ne cuisinent jamais. Les Romands cuisinent davantage que les Suisses allemands.

94 % des sondés utilisent des produits frais. 75 % leur accordent même une grande importance. Les sauces pour pâtes et les vinaigrettes sont généralement faites maison, et une minorité de 10 % des sondés font leur pain eux-mêmes. Les produits de saison et l'équilibre des menus sont des paramètres très importants. Les prix et les actions influencent les choix des cuisiniers. 11 % seulement des sondés considèrent comme une corvée de faire la cuisine. La plupart des autres s'amusent aux fourneaux et aiment tester de nouvelles recettes, les Romands étant plus créatifs que les Suisse allemands, ces derniers recourant par ailleurs plus souvent aux produits cuisinés.

Spécialités italiennes et autonomie
Les plats italiens devancent les suisses d'une courte tête: 85 % des sondés en cuisinent régulièrement, voire exclusivement. 80 % privilégient les plats traditionnels. Rien d'étonnant à ce que les pâtes tiennent le haut du pavé! Seuls 25 % des sondés – en majorité des femmes originaires de Suisse alémanique – cuisinent des plats végétariens. Si les parents sont les "professeurs de cuisine" les plus cités, plus de la moitié des sondés ont appris à cuisiner seuls. 30 % des personnes interrogées disent s'inspirer de leur père ou de leur mère. Les grandes toques font en revanche peu d'émules.

Plus de la moitié des sondés suivent des recettes Betty Bossi. Ils puisent aussi leur inspiration dans d'autres livres de cuisine, sur Internet et auprès de leurs amis. Un tiers des sondés créent leurs propres recettes. La plupart cuisinent sur la cuisinière ou au four. Le steamer (26 % d'utilisateurs réguliers) a supplanté le micro-ondes (5 %). L'appareil le moins utilisé est la friteuse.

Quatre types de cuisinier
Le sondage a fait apparaître quatre types de cuisiniers, qui se distinguent essentiellement par leur rapport aux prix et aux ingrédients. Le cuisinier "détaché" et le cuisiner "nature et santé" ne sont pas très regardants sur les prix. Le cuisinier "par devoir et économe" ainsi que le cuisinier "amateur", par contre, le sont. Le cuisinier "nature et santé" et le cuisinier "amateur" sont ceux qui utilisent le plus de produits frais, tandis que le cuisinier "par devoir et économe" et le cuisinier "détaché" sont des adeptes des plats cuisinés. Le groupe le plus important (44 % des sondés) est celui des cuisiniers "amateurs".

Soutien technique de la Société Suisse de Nutrition SSN
Les sondages Coop représentatifs des comportements alimentaires de la population suisse sont réalisés et publiés régulièrement. La Société Suisse de Nutrition (www.sge-ssn.ch) assure l'encadrement scientifique du programme "Les tendances alimentaires sous la loupe" en veillant notamment au respect de toutes les exigences scientifiques posées. La SSN apporte son soutien scientifique au projet «Tendances alimentaires sous la loupe» et veille à ce qu'il soit conforme aux dernières découvertes en matière de nutrition.

Les résultats des différentes études sont publiés sur les sites www.coop.ch/trendsalimentaires et www.sge-ssn.ch/fr/service-aux-medias/communiques-de-presse.html.

Votre interlocutrice chez Coop
Denise Stadler, responsable du Service médias
Tél. +41 61 336 71 10

Les contacts avec le Service spécialisé Diététique de Coop sont coordonnés par le Service médias.

Votre interlocutrice à la Société Suisse de Nutrition SSN
Marion Wäfler, diététicienne diplômée ES, service médias
Tél. +41 31 385 00 08



Partager:
Share Share Share Share