La barrière des röstis à Noël

Pour les Suisses, manger doit être un plaisir; tel est le constat du sondage actuel «Les tendances alimentaires sous la loupe» mené par Coop. 27% des 600 et quelques personnes interrogées choisiraient un bon d'achat pour un bon repas (plutôt que pour des vêtements, un voyage ou une prestation bien-être). À la différence des Romands qui aiment aller au restaurant, les Alémaniques mangent volontiers en famille ou entre amis. Pour les Romands, c'est la convivialité qui compte, tandis que les Alémaniques privilégient la qualité des aliments. Même le menu de Noël ne fait pas l'unanimité: si près de la moitié des Suisses déclarent manger une fondue chinoise ou bourguignonne, les avis divergent entre Romands et Alémaniques pour ce qui est du poisson et de la palette fumée.

Les résultats des précédents sondages de la série «Les tendances alimentaires sous la loupe» montrent que les Suisses accordent une grande importance au plaisir de manger. Mais qu'entend-on exactement par plaisir? D'étonnantes différences, auxquels les hôtes devraient prêter attention, se font jour entre les jeunes et les moins jeunes, les hommes et les femmes et surtout entre la Suisse romande et la Suisse alémanique. Voici quelques pistes qui vous permettront de satisfaire tous vos convives autour du menu de Noël.

Menu de Noël: le poisson romand et la palette fumée alémanique
Près de la moitié des personnes interrogées déclarent manger généralement une fondue chinoise ou bourguignonne à Noël. Près d'un sondé sur cinq (23% des hommes et seulement 13% des femmes) déguste un filet en croûte.
En Suisse romande, on a plutôt tendance à manger du saumon ou un autre poisson à cette occasion: 30% des Romands déclarent en effet inscrire du poisson au menu de Noël, contre 12% des Alémaniques. Et 27% des Romands mangent de la dinde, de l'oie ou du canard à Noël (5% des Alémaniques). En revanche, 11% des Alémaniques déclarent déguster du jambon ou de la palette fumée, contre seulement 4% des Romands.

Cuisiner soi-même ou aller au restaurant?
La majorité des sondés associe la notion de plaisir lors du repas au calme, au bien-être et à un environnement propice. Une proportion bien plus grande de Romands (30%, contre seulement 15% des Alémaniques) et de femmes associent le plaisir de manger à la bonne compagnie.
Plus d'un tiers des sondés déclarent savourer pleinement leur repas lorsqu'ils ne l'ont pas préparé eux-mêmes. 16% des sondés apprécient de préparer le repas avec un minimum d'efforts. La taille du ménage joue à cet égard un rôle important: 23% des membres d'un ménage constitué d'une ou deux personnes trouvent qu'une préparation rapide est idéale, contre 12% des membres d'un ménage de trois personnes ou plus.

35% des sondés aiment cependant manger à la maison. Les Romands sont même 46% à vraiment apprécier de manger chez eux, tandis que seul un petit tiers des Alémaniques sont du même avis. Lorsqu'il est question de manger chez des parents ou chez des amis, les différences se font sentir entre Romands et Alémaniques, ainsi qu'entre hommes et femmes: 1 Alémanique sur 5 apprécie de manger chez des parents ou des amis; cette part ne représente que 14% chez les hommes et 12% chez les Romands.

L'amour passe par l'estomac
Presque un tiers des personnes désirant prouver leur amour avec de la nourriture optent pour des aliments sucrés. C'est le cas pour 32% des Alémaniques, contre 19% des Romands. Les 50 ans et plus sont nettement moins attirés par les sucreries: un tiers d'entre eux préfèreraient offrir un bon morceau de viande comme preuve d'amour.
Ce groupe affiche d'ailleurs d'autres différences dans le plaisir de manger: si 38% des moins de 30 ans et un tiers des 30-49 ans estiment qu'il est important d'avoir suffisamment de temps pour manger, seuls 19% des 50 ans et plus attachent de l'importance à ce facteur. Ces derniers privilégient également la rationalité dans la préparation d'un bon repas. Ils accordent en revanche une réelle importance au fait d'être bien servis lorsqu'ils mangent à l'extérieur.

Soutien technique de la Société suisse de nutrition (SSN)
Les sondages Coop représentatifs des comportements alimentaires de la population suisse sont réalisés et publiés régulièrement. La Société Suisse de Nutrition SSN (www.sge-ssn.ch) assure l'encadrement technique du projet «Les tendances alimentaires sous la loupe» en veillant notamment au respect de toutes les exigences scientifiques en matière de nutrition. Le présent sondage, qui est le septième de la série, a été réalisé en août 2011.

Pour en savoir plus
Tous les résultats des différents sondages sont publiés sur www.coop.ch/dossiers et sur www.sge-ssn.ch/fr/service-aux-medias/communiques-de-presse.html.

Votre interlocutrice chez Coop
Denise Stadler, responsable du Service médias
Tél. +41 61 336 71 10

Les contacts des médias avec le Service spécialisé Diététique de Coop sont coordonnés par le Service médias.

Vos interlocutrices à la Société suisse de nutrition (SSN)
Christine Dudle-Crevoisier, Responsable communication
Tél. +41 31 385 00 00



Partager:
Share Share Share Share