Homéopathie: histoire et définition

Les trois principes fondamentaux

L'homéopathie classique repose sur trois principes fondamentaux:

  1. Le principe de similitude ("Similia similibus curentur"), selon lequel une maladie est guérie par le remède qui provoque chez un sujet sain des symptômes similaires à ceux de la maladie.
  2. La connaissance exacte des remèdes en les testant chez des sujets sains.
  3. L'établissement exact du tableau clinique d'une personne en relevant les symptômes de façon détaillée (anamnèse). Hahnemann et ses successeurs ont créé des tableaux (répertoires) qui aident l'homéopathe à attribuer à ses patients et aux symptômes de leur maladie un schéma thérapeutique homéopathique.

Les matières premières utilisées pour la fabrication des remèdes sont diluées et potentialisées (agitées) plusieurs fois avec de l'eau ou de l'alcool ou triturées dans du lactose. Les substances sont généralement diluées au 1/10 (dilution décimale) ou 1/100 (dilution centésimale). Chaque remède homéopathique peut être administré dans différentes "dilutions" en fonction de la puissance que l'on souhaite obtenir. Les remèdes homéopathiques se présentent en principe sous forme de granules, de gouttes ou de comprimés.

Lorsqu'il est choisi judicieusement, le remède homéopathique remplace l'organisme dans sa fonction d'auto-guérison. Autrement dit, l'organisme active ses défenses immunitaires pour guérir la maladie. La méthode homéopathique utilise des remèdes dont l'action est similaire aux symptômes du malade, et c'est pourquoi ceux-ci peuvent s'aggraver passagèrement. C'est ce qu'on appelle l'aggravation initiale, qui permet à l'organisme d'activer son potentiel d'auto-guérison et de retrouver la santé.

80% des remèdes homéopathiques sont d'origine végétale, 15% d'origine minérale et 5% d'origine animale. L'efficacité de toutes les substances est toujours testée sur des personnes en bonne santé.

Source: d'après www.spagyros.ch


Partager:
Share Share Share Share