La tique

L’habitat et la quête de l’hôte

L’habitat
Les tiques vivent principalement en lisière de forêt, dans les clairières, sur les rives boisées ainsi que dans les hautes herbes des jardins et des prés, où leurs hôtes naturels – souris, hérissons et autres oiseaux – sont légion. Elles se tiennent sur la végétation (brins d’herbe ou buissons de hauteur moyenne) en quête d’un hôte approprié. Appréciant les atmosphères humides et les températures clémentes, elles se cachent pour leur retraite hivernale. Elles ne redeviennent actives qu’au retour du printemps, vers le mois de mars, et le resteront en général jusqu’à la fin de l’automne.


Toujours plus haut
Contrairement aux idées reçues, les tiques ne tombent pas des arbres. Leurs puissantes pattes leur permettent certes de grimper avec aisance, mais pas aux arbres. Les larves ne parviennent à se hisser qu’à 25 cm du sol, les nymphes à 50 cm et les tiques adultes à 1,5 m. Vu de la perspective d’une souris, d’un lièvre, d’un chien ou d’un enfant en bas âge, elles tombent donc bien d’en haut. Dans la plupart des cas cependant, elles s’accrochent aux chaussures ou aux bras qui frôlent la végétation.


La quête de l’hôte
La tique peut attendre des mois avant de trouver un hôte approprié. Elle le repère grâce à un organe sensoriel spécifique situé sur ses pattes antérieures, l’organe de Haller, qui perçoit les stimuli thermiques et chimiques qu’émet sa proie (l’acide lactique de la sueur, l’anhydride carbonique de la respiration). Tantôt en situation d’attente tantôt à l’affût, elle s’accroche à l’hôte dès qu’il frôle la feuille ou le brin d’herbe qui la porte.


A table!
Une fois sur son hôte, la tique part à la recherche d’un site d’ancrage, privilégiant les zones chaudes et humides où la peau est fine. Chez l’homme, elle se fixera de préférence à l’aine, dans le pli du genou, aux aisselles, dans la nuque et à la racine des cheveux. Lorsqu’elle a trouvé un emplacement qui lui convient, elle plante ses pattes antérieures griffues dans l’épiderme pour se stabiliser, incise la peau et introduit son rostre. Celui-ci est pourvu de petites dents qui permettent à la tique de s’accrocher solidement. Elle sécrète ensuite une substance qui facilite son repas sanguin et insensibilise la zone d’aspiration. La tique peut ainsi se repaître en passant totalement inaperçue. C’est pendant son repas qu’elle peut transmettre à son hôte, homme ou animal, des maladies graves.



Partager:
Share Share Share Share