Guide «Alimentation saine» de Coop

Allergies alimentaires

De nombreux aliments peuvent provoquer des réactions allergiques. Découvrez ici les allergies les plus fréquentes, leurs symptômes variés et comment les diagnostiquer de manière fiable.

En quoi consistent les allergies alimentaires?

La réaction allergique à un aliment se caractérise par une réaction disproportionnée du système immunitaire, qui produit des anticorps en réponse à la présence dans l'organisme de protéines animales ou végétales en soi inoffensives. A ce jour, on recense environ 120 aliments susceptibles de provoquer des réactions allergiques. Les enfants et les adultes ne sont généralement pas touchés par les mêmes allergies. Les enfants en bas âge développent souvent des allergies alimentaires qui disparaissent à l'âge adulte. Si les allergies au lait de vache, aux œufs de poule, aux cacahuètes et aux noisettes sont fréquentes chez les petits, les adultes, quant à eux, réagissent le plus souvent aux pommes, aux noisettes, aux noix, aux kiwis et au céleri, auquel cas il s'agit souvent d'allergies croisées.  

Allergie

Une réaction allergique peut provoquer des symptômes très variés et plus ou moins graves. Les réactions typiques sont les démangeaisons, irritations ou gonflements cutanés, mais également les problèmes respiratoires et les troubles gastro-intestinaux tels que les diarrhées, ballonnements ou vomissements.

Des réactions très graves, potentiellement mortelles, peuvent aussi se produire. Une telle réaction anaphylactique se caractérise par une chute de tension, un collapsus, un choc et une perte de conscience. Les personnes qui présentent des allergies graves doivent toujours avoir sur elles un kit d'urgence, disponible sur prescription médicale, et leur passeport d'allergies. Le cas échéant, l'adrénaline contenue dans la seringue prête à l'emploi du kit d'urgence doit être injectée dans la cuisse. Chez les adultes, les réactions anaphylactiques les plus fréquentes sont provoquées par des aliments tels que les noisettes, le froment, le soja, le céleri et les cacahuètes. Chez les enfants, ce sont principalement les cacahuètes, les noisettes, le lait de vache et les œufs de poule.  

Diagnostiquer une allergie alimentaire

Lorsque l'on suspecte une allergie alimentaire, il est indispensable de consulter un allergologue pour poser un diagnostic clair. Il pourra ainsi procéder à différents tests permettant d'identifier ou d'exclure un allergène spécifique. On distingue trois types de tests: le test cutané, le test sanguin et le test de provocation. 

Test cutané

On dépose une goutte des allergènes suspectés sur l'avant-bras, en les introduisant à l'aide d'une petite pointe pour qu'ils entrent en contact avec les cellules de la peau, puis on attend 20 minutes. Une réaction allergique positive ressemble à une piqûre de moustique. Si l'on suspecte une allergie retardée, on applique un patch sur la peau du dos; la réaction, souvent un léger eczéma, apparaît un ou deux jours plus tard si l'allergie est avérée.

En règle générale, ces résultats à eux seuls ne suffisent par pour établir un diagnostic définitif.

Test sanguin

Un échantillon sanguin du patient est transmis à un laboratoire afin de réaliser un test basé sur la recherche d'anticorps spécifiques. Ces résultats ne fournissent toutefois qu'une indication quant à une allergie éventuelle étant donné que la présence d'anticorps dans le sang ne signifie pas que le patient présente effectivement une allergie alimentaire.

Test de provocation

Si un aliment donné est suspect à la suite d'un test sanguin ou cutané, un test de provocation est réalisé afin d'établir un diagnostic clair. Ce type de test doit impérativement être réalisé par un médecin spécialisé. Il consiste à faire ingérer au patient une quantité déterminée de l'aliment suspect afin d'observer l'apparition éventuelle de réactions allergiques. Compte tenu de la dangerosité de telles réactions pour le patient, il doit faire l'objet d'un suivi médical permanent.  

Allergies croisées

L'allergie croisée ne résulte pas directement d'une allergie à un aliment, mais d'une allergie aux pollens ou au latex. Par exemple, une personne allergique aux pollens de bouleau peut développer une allergie aux pommes. Le système immunitaire réagit également au contact des pommes étant donné que certaines de leurs substances sont très proches des allergènes contenus dans les pollens de bouleau. Les symptômes des allergies croisées se limitent généralement à des démangeaisons au niveau de la cavité buccale, à une sensation de bouche pâteuse ou de gorge irritée ou encore au gonflement de la bouche et des lèvres. Les réactions indésirables pouvant entraîner la mort sont rares.