Keine Kamera verfügbar. Bitte Zugriff auf Kamera erlauben und Applikation neu starten.

Les Suisse consomment deux fois trop de sucre

La plupart d'entre nous apprécient le goût sucré. C'est logique puisque, durant nos premiers mois de vie, notre alimentation est composée exclusivement de lait maternel au goût sucré: notre inclination aux friandises remonte ainsi à notre plus tendre enfance.
Si l'on se penche sur l'histoire de l'humanité, cette passion semble là aussi naturelle: le sucre est une source d'énergie immédiate. De plus, lorsque nos ancêtres découvraient un nouvel aliment, le goût sucré était signe de comestibilité.
Aujourd'hui, le sucre a mauvaise presse d'un point de vue sanitaire. La nocivité du sucre dépend de la quantité consommée. Consommer une friandise par jour ne pose aucun problème. Mais manger trop de sucre est mauvais pour la santé.

Pourquoi réduire sa consommation de sucre

En moyenne, les Suisses consomment chaque jour deux fois plus de sucre que ce qui est recommandé. La plupart d'entre nous ont donc tout intérêt à réduire leur consommation quotidienne de sucre. En effet, une alimentation trop sucrée favorise le surpoids, le diabète de type 2 et les maladies cardio-vasculaires.
Pancakes au sirop d'érable et aux myrtilles
En plus, le sucre ne rassasie pas longtemps, bien au contraire: la faim revient très vite après des aliments très sucrés – surtout s'ils sont consommés entre les repas. Cela s'explique par le fait qu'ils provoquent une augmentation puis une baisse rapides rapide du taux de glycémie. Les fringales qui s'ensuivent favorisent le surpoids.
Le sucre n'apporte par ailleurs aucune vitamine ou substance minérale ni aucun autre nutriment important pour notre organisme. Les friandises sont souvent mangées aux dépens d'aliments précieux tels que les fruits et légumes, le yogourt ou les produits à base de céréales complètes.