Keine Kamera verfügbar. Bitte Zugriff auf Kamera erlauben und Applikation neu starten.

Plus d'une personne sur quatre consomme régulièrement des alternatives végétales

Juste au moment où le Veganuary – le mois de janvier végane – bat son plein, Coop publie l'édition 2022 du Plant Based Food Report. Dans le cadre de cette étude sur l'alimentation à base de plantes en Suisse, 27 % des personnes interrogées ont déclaré consommer plusieurs fois par mois des alternatives végétales à la viande, au lait et au fromage.
Numéro un du marché, Coop propose un assortiment de plus de 1300 produits véganes, qu'elle ne cesse d'adapter pour répondre à la demande croissante de sa clientèle.
En Suisse, la place accordée aux produits de substitution à base de plantes dans l'alimentation est de plus en plus importante. C'est ce que révèlent les derniers chiffres du Plant Based Food Report 2022, une enquête réalisée par Coop auprès d'un échantillon représentatif d'environ 2200 personnes originaires de Suisse alémanique, du Tessin et de Suisse romande.
Afin de pouvoir répondre à la demande croissante de sa clientèle, Coop propose désormais dans ses supermarchés plus de 1300 produits véganes, dont plus d'une centaine de substituts de viande et de poisson, ainsi que de nombreuses alternatives au lait, au yogourt et au fromage. Depuis 2013, Coop propose également de nombreux produits naturellement véganes sous sa marque propre Karma.

Des substitariens soucieux de l'environnement

27 % des personnes interrogées déclarent être substitariennes. En d'autres termes, elles consomment plusieurs fois par mois des alternatives végétales qui imitent un aliment d'origine animale. La majorité des substitariens déclarent avoir fait ce choix afin de préserver l'environnement. Les 18-29 ans ont augmenté progressivement leurs achats de substituts de viande au cours des quatre dernières années.
Les alternatives à base de plantes sont surtout plébiscitées par les jeunes femmes vivant dans les zones urbaines de Suisse alémanique. En Suisse, un tiers des femmes consomment des produits de substitution végétaux plusieurs fois par mois.
Les 15 communes où l'on achète le plus d'alternatives à la viande, au lait et au fromage sont situées, à une exception près, en Suisse alémanique. Rares sont les clients des cantons ruraux du Jura, de Neuchâtel, d'Uri et d'Appenzell à mettre des substituts de viande dans leur panier.

Un changement d'habitudes alimentaires qui perdure

La tendance en faveur de produits de substitution à base de plantes comme le lait d'avoine ou de nouveautés comme les fondues véganes reste d'actualité. En effet, une grande partie des substitariens consomment des alternatives végétales depuis au moins quatre ans. Le pourcentage de personnes optant pour des substituts à base de plantes depuis deux à trois ans a augmenté de six points de pourcentage par rapport à l'année précédente.
Une tendance qui devrait perdurer puisque les chiffres de vente de Coop confirment également cette évolution. 40 % des personnes interrogées estiment que d'ici cinq ans, elles consommeront davantage d'alternatives végétales qu'aujourd'hui, et ce pourcentage est encore plus élevé chez les substitariens. Coop tient compte de cette tendance en continuant à étoffer son assortiment.

Chiffres et faits intéressants en bref

  • Au mois de juin 2021, les achats de substituts à base de plantes chez Coop n'ont jamais été aussi nombreux.
  • Les alternatives végétales au lait représentent désormais 17 % du chiffre d'affaires total généré par le lait.
  • Les alternatives à l'escalope, à l'émincé et au burger constituent les trois principales catégories de substituts de viande sur le marché suisse en termes de chiffre d'affaires.
  • Les burgers végétaux comptent aujourd'hui pour un cinquième du chiffre d'affaires total des burgers chez Coop.
  • Le chiffre d'affaires réalisé par les alternatives aux nuggets a enregistré une forte hausse de 170 %.
  • Plus de la moitié des personnes interrogées consomment des produits de substitution et des aliments d'origine animale au cours du même repas.
  • En revanche, les alternatives végétales ne séduisent que rarement les plus de 60 ans, qui ne sont que 17 % à en acheter.
  • Les clientèle qui achète des produits de substitution à base de plantes ont un panier de courses équilibré: on y retrouve en moyenne moins d'alcool et de chocolat, mais davantage de fruits et légumes.