Keine Kamera verfügbar. Bitte Zugriff auf Kamera erlauben und Applikation neu starten.

Plus d'une personne sur quatre consomme régulièrement des substituts véganes

Juste au moment où le Veganuary – le mois de janvier végane – bat son plein, Coop publie l'édition 2023 du Plant Based Food Report. Dans le cadre de cette étude sur l'alimentation à base de plantes en Suisse, 27% des personnes interrogées ont déclaré consommer plusieurs fois par mois des alternatives végétales à la viande, au lait et au fromage.
Numéro un du marché, Coop propose un assortiment de plus de 1800 produits véganes, qu'elle ne cesse d'adapter pour répondre à la demande croissante de sa clientèle.
En Suisse, la place accordée aux produits de substitution à base de plantes dans l'alimentation est de plus en plus importante. C'est ce que révèlent les derniers chiffres du Plant Based Food Report 2023, une enquête réalisée par Coop auprès d'un échantillon représentatif plus de 2200 personnes originaires de Suisse alémanique, du Tessin et de Suisse romande.
Afin de répondre à ce besoin croissant de la clientèle, Coop propose actuellement plus de 1800 produits véganes sous ses propres marques YOLO, Karma et Délicorn, ainsi que sous de nombreuses marques de ses partenaires commerciaux.

Des substitariens soucieux de l'environnement

Un bon quart des personnes interrogées déclarent être substitariennes. En d'autres termes, elles consomment plusieurs fois par mois des alternatives végétales qui imitent un aliment d'origine animale. 27% savourent de temps en temps ces alternatives à base de plantes en accompagnement de viande, poisson, de lait ou de fromage. Cette catégorie de consommateurs irréguliers a augmenté de 3 points de pourcentage par rapport à l’année précédente.
La protection de l’environnement est désormais la première raison déclarée par l’ensemble des types de consommateurs – flexitariens, substitariens, végétariens et véganes – pour leur choix d’une alimentation partiellement ou totalement végane. Chez les substitariennes et substitariens, les raisons principales mentionnées sont identiques à celles de l’année dernière: la protection de l’environnement, la protection des animaux et la santé.
Les produits de substitution véganes sont particulièrement consommés par les jeunes femmes vivant dans les zones urbaines de Suisse alémanique. Ainsi, 39% des moins de 29 ans ont ce mode de consommation. En Suisse, un tiers des femmes consomment des produits de substitution végétaux plusieurs fois par mois.
Les 15 premières communes en termes d’achats de produits pour chacune des trois catégories de substituts à la viande, au lait et au fromage se trouvent en Suisse alémanique. Dans les cantons du Jura, de Neuchâtel, du Valais et d’Uri, le panier des consommateurs ne contient que rarement des produits de substitution à la viande.

Un changement d'habitudes alimentaires qui perdure

La tendance en faveur de produits de substitution à base de plantes comme le lait d'avoine ou de nouveautés comme les fondues véganes reste d'actualité. 48% de la population suisse mange depuis au moins 4 ans des alternatives véganes inspirées d’aliments d’origine animale. Cette proportion a augmenté de 3 points de pourcentage par rapport à 2021.
Une tendance qui devrait perdurer puisque les chiffres de vente de Coop confirment également cette évolution. 40% des personnes interrogées estiment que d'ici cinq ans, elles consommeront davantage d'alternatives végétales qu'aujourd'hui. Parmi les substitariennes et substitariens qui consomment déjà régulièrement des produits alternatifs véganes, 64% disent même vouloir acheter des produits de substitution véganes plus souvent. Coop tient compte de cette tendance en continuant à étoffer son assortiment.

Chiffres et faits intéressants en bref

  • En janvier 2022 – pendant le Veganuary, de nombreux produits de substitution véganes ont été achetés chez Coop.
  • Un franc sur six du chiffre d’affaires total de Coop dans le domaine du lait est réalisé par des alternatives véganes.
  • Les alternatives à l'escalope, à l'émincé et au burger constituent les trois principales catégories de substituts de viande sur le marché suisse en termes de chiffre d'affaires.
  • Le chiffre d’affaires total de toutes les catégories de substituts à la viande a augmenté depuis 2019.
  • Deux tiers des personnes interrogées consomment des produits de substitution et des aliments d'origine animale au cours du même repas.
  • En revanche, les alternatives végétales ne séduisent que rarement les plus de 60 ans, qui ne sont que 18% à en acheter.