Panier

Votre panier est encore vide.

Ajoutez un produit pour commencer.

Montant total

Valeur de la marchandise:
CHF
Frais de livraison:
CHF

Première étude sur l'alimentation à base de plantes en Suisse

Que savent et pensent les Suisses de l'alimentation à base de plantes? Quelles sont les alternatives végétales à la viande, au poisson, au lait, au yogourt et au fromage qui sont consommées en Suisse? Pour quelles raisons?
En collaboration avec l'Institut d'études de marché Link, Coop a mené la première étude sur l'alimentation à base de plantes en Suisse et livre ses résultats dans le Plant Based Food Report, qui répond ainsi à toutes ces questions.
La Suisse, un pays de flexitariens
Cette étude montre que plus de la moitié de la population suisse ne consomme volontairement pas d'aliments d'origine animale plusieurs fois par mois. La proportion de flexitariens a augmenté de 15% depuis 2016.
Les produits de substitution à base de plantes ont la cote
L’étude représentative a tenu compte des flexitariens, mais aussi des personnes qui consomment des produits de substitution purement végétaux. Il s’agit par exemple de lait d’avoine, de yogourt aux amandes, d’alternatives aux burgers ou au thon, ou de substituts de fromage. 50% de la population suisse affirme avoir déjà consommé des substituts à base de plantes. En outre, 41% des Suisses pensent qu'ils consommeront plus souvent des alternatives végétales dans 5 ans.
Le nouveau type de consommateur: le substitarien
Le rapport révèle que les consommateurs de produits de substitution à base de plantes ne sont pas des véganes ou végétariens au sens strict. Il s’agit d’un tout nouveau type de consommateurs: les substitariens. Les produits de substitution à base de plantes sont particulièrement consommés par les jeunes femmes des zones urbaines de Suisse alémanique ainsi que des 50-60 ans. Les plus de 60 ans n’utilisent que très rarement ces derniers, bien que 64% de cette tranche d’âge ait une alimentation flexitarienne. Autrement dit, ils préfèrent remplacer les produits d’origine animale par des légumes ou d’autres aliments végétariens. De manière générale, les femmes achètent plus fréquemment que les hommes toutes les catégories de la gamme végétale chez Coop. Parmi les consommateurs de substituts de fromage, la part des femmes est particulièrement élevée avec 70%, tandis que la part des hommes est la plus élevée pour les substituts de viande.
Le Top 10 des cantons en Suisse allemande
Zurich accueille un nombre particulièrement important de substitariens. En comparaison, les habitants des cantons montagneux des Grisons et du Valais, ainsi que de l’Appenzell et de la Suisse romande, achètent le moins de substituts de viande. Cependant, les Appenzellois sont les meilleurs clients de substituts de lait, aux côtés des habitants de Suisse centrale, de Zurich, de Bâle et du Tessin. Genève et Lausanne font partie du Top 15 des communes où l’on consomme des substituts de viande. Pour ce qui est des alternatives au lait et au yogourt, Le Grand-Saconnex et Lugano sont dans le Top 15.

Contexte de l'étude

La présente étude repose sur l'analyse de plus de 2200 entretiens représentatifs réalisés en ligne et des données Supercard de Coop. Du 29 octobre au 12 novembre 2020, le service Etudes de marché Coop a mené les entretiens en collaboration avec l'Institut d'études de marché Link. Ce sont 2247 personnes âgées de 15 à 79 ans qui ont été interrogées en Suisse alémanique, au Tessin et en Suisse romande. Le groupe cible, représentatif de la population suisse, a été choisi de manière aléatoire dans le panel Internet de Link. L'étude repose également sur l'analyse des données Supercard de clients ayant donné leur accord à Coop.