Keine Kamera verfügbar. Bitte Zugriff auf Kamera erlauben und Applikation neu starten.
Durée limitée! Pour toute commande de CHF 200.– ou plus, recevez un bon de CHF 20.– à valoir sur votre prochain achat! (hors livraisons Vinolog) Afficher plus de détails

Comment les vins de Bordeaux sont-ils classés

Bordeaux constitue le berceau des vins rouges les plus prestigieux au monde, dont une grande partie compte parmi les "crus classés". Il existe au total cinq classements.
Le vignoble bordelais est immense: il compte près de 120 000 hectares de surface encépagée. À titre d’exemple, la célèbre région viticole de Gironde compte à elle seule cinq appellations. Utilisée pour la première fois en 1855 sous Napoléon III, la notion de "classification" est synonyme de qualité et prestige. Le classement de cette année-là, élaboré par la Chambre de commerce et d'industrie de Bordeaux, est le plus connu. Il comprend les meilleurs domaines du Médoc (exclusivement des crus rouges) ainsi que 27 vins doux de Sauternes et de Barsac. Établi selon deux critères, à savoir la réputation des crus et les prix atteints par les vins, le classement de l'époque ne prenait pas en compte le terroir, un élément que l'on considère aujourd'hui capital pour produire des vins d'exception.
La classification comprend 60 domaines du Médoc ainsi qu'un domaine de Pessac-Léognan, le Château Haut-Brion, qui fait figure d'exception. Comme les quatre autres châteaux qui l'accompagnent, ce vin compte parmi les "Premiers crus". Viennent ensuite les deuxièmes, troisièmes, quatrièmes et cinquièmes crus. La catégorie à laquelle appartiennent les vins est toujours mentionnée sur les étiquettes pour des raisons de prestige. Bien que la classification soit, de manière générale, correcte en termes de qualité, quelques changements ont eu lieu au fil des ans. Le Château Lynch-Bages (catégorie des cinquièmes crus) est d'ailleurs très certainement situé au-dessus du Château D’Issan (catégorie des troisièmes crus). Toutefois, aucune modification n'a jamais officiellement eu lieu, à une exception près: le Château Mouton-Rothschild qui est passé du rang de deuxième à premier cru en 1973.
La classification des Crus Bourgeois constitue une autre distinction des vins du Médoc. Créée en 1932, elle porte sur huit appellations de la rive gauche. Selon les années, entre 240 et 260 domaines bénéficient de cette distinction. Les "Crus bourgeois exceptionnels" figurent en tête de cette classification, suivis par les "Crus bourgeois supérieurs" puis les "Crus bourgeois". Il s'agit de très bons crus rouges proposés à des prix attrayants. On retrouve ensuite le classement des Crus Artisans, qui compte actuellement 36 domaines de petite et moyenne taille qui produisent des vins charpentés à petits prix.
Établi en 1953, le classement des vins de Graves recense un total de 16 crus blancs et rouges qui appartiennent tous à l'AOC Pessac-Léognan. Le Château Haut-Brion figure également dans ce classement non hiérarchique, qui ne nécessite donc aucune révision. La situation est tout autre pour la noble zone viticole de Saint-Émilion située sur la rive droite. En effet, le classement des vins de Saint-Émilion, introduit en 1955 et révisé tous les dix ans, a fait l'objet de changements considérables à l'occasion de sa révision en 2012.
La tête du classement regroupe les Premiers grands crus classés "A" et "B", soit 14 domaines, suivis par 64 Grands Crus classés. Viennent enfin tous les domaines situés dans la région de Saint-Émilion, qui portent l'appellation "Saint-Émilion Grand Cru" indépendamment de la qualité des vins. Pas facile donc pour les consommateurs de trouver la perle rare parmi les vins de base. La prochaine révision de 2022 est déjà synonyme de coup de tonnerre: les domaines de classe internationale Château Cheval Blanc et Ausone, tous deux au sommet du classement, ont renoncé à envoyer leur dossier de candidature en raison de la trop grande importance accordée, selon eux, aux activités marketing et aux réseaux sociaux au détriment du terroir. Ils considèrent qu'il n'est pas indispensable de figurer dans un tel classement. Grâce à leur renommée, les deux châteaux pourront certainement continuer à prospérer même sans distinction.
Peter Keller, expert en Mondovino et universitaire du vin

Vins de Bordeaux